LyonLoisirsParc

Parc des Hauteurs

Le Parc des Hauteurs de Lyon, installé sur la colline de Fourvière, est un vaste site urbain qui regroupe notamment le jardin du Rosaire, l’esplanade de Fourvière, la promenade de la Sarra, le jardin des Pivoines ainsi que le parc de la Visitation. Ce parc à vocation publique participe à l’entretien et à la préservation de nombreux patrimoines locaux allant de la basilique de Fourvière jusqu’au cimetière de Loyasse.

passerelle parc des hauteurs vue cathedrale notre dame fourviere

Le parc des Hauteurs se compose entre autres du parc botanique, du jardin du Rosaire ou jardin de la Visitation, de l’esplanade de Fourvière, du parc archéologique, de la piste VTT, du chemin du Viaduc et de la Passerelle des Quatre vents ainsi que du cimetière de Loyasse. Le Parc est né de l’initiative de l’agence d’urbanisme de la communauté urbaine de Lyon, de créer un cheminement entre les différents sites historiques et patrimoniaux emblématiques de la colline de Fourvière dont le musée gallo-romain ou encore la basilique.

Aux origines du Parc des Hauteurs

Le concept du Parc des hauteurs consiste ainsi à relier plusieurs espaces publics et privés en créant une sorte de Belvédère au-dessus des sites historiques du quartier du vieux Lyon. Il s’agit aussi d’un vaste projet d’aménagement paysager et végétal dont une grande partie est confiée aux experts de l’agence d’urbanisme dont l’architecte paysagiste Michel Corajoud. Le circuit principal du Parc des Hauteurs part ainsi de l’esplanade de Fourvière, réalisée par Joannès Blanchon vers la fin du XIXe siècle, et traverse les sites majeurs de Fourvière pour revenir à son point de départ.

Les modifications les plus notables concernent notamment le site archéologique qui a été entouré d’espace verts, l’espace religieux qui est aménagé pour accueillir des visiteurs touristiques ainsi que la création d’un espace artistique au niveau de la piste de ski de Sarra et du fort militaire de Loyasse.

D’un autre côté, le projet concerne aussi la préservation de certains sites dont le boisement qui souligne les pentes des hauteurs de Fourvière. Des passerelles, donnant jusqu’aux abords des quais de Saône, ont ainsi été construites. De plus, plusieurs itinéraires piétonniers, avec des équipements de loisirs, ont été aménagés pour relier les différents jardins à thème du parc dont entre autres le jardin des pivoines ou celui des roses.

Génèse du projet du Parc des Hauteurs

Différents projets d’urbanisme tentent de revaloriser la colline de Fourvière dont celui d’en faire un parc urbain, de l’architecte Sined, celui d’y créer des jardins, de l’architecte Giroud, ou encore celui d’y créer un boulevard avec corniche, imaginé par Camille Chalumeau. La municipalité acquiert plusieurs terrains appartenant aux congrégations religieuses, entre les années 30 et 50, et décident d’en faire des voies pour faciliter l’accès aux sites de Fourvière. Le parc archéologique est le premier site à être créé à cette époque.

Les différents plans d’urbanisme directeurs de la ville, dont celui de Lambert, de Maillet ou de Delfante, tentent de faire classer Fourvière parmi les zones non constructibles et de mettre en place des actions pour préserver et mettre en valeur les différents sites historiques et patrimoniaux de la colline.

Le funiculaire du cimetière de Loyasse

En 1807, le cimetière de Loyasse est aménagé sur le plateau de la Sarra, situé à l’extrême ouest de Fourvière. L’accès difficile au site incite les autorités à aménager une ligne de funiculaire et de tramway reliant la Sarra à Saint-Paul vers 1900. Un quai unique est construit à la sortie du tunnel du funiculaire ainsi qu’une passerelle de 80 mètres de long qui franchit le vallon. Les tramways, équipés de corbillards, devaient alors effectuer un trajet d’environ cinq minutes.

La ligne est fermée vers 1938 et les sites des alentours, comme le Fort de Loyasse, tombent en délabrement. Ultérieurement, plusieurs sites du plateau de la Sarra dont le circuit du funiculaire, le Fort de Loyasse, le chemin du Viaduc, la passerelle des Quatre Vents ou encore la piste de ski de la Sarra, seront repris par le projet du Parc des Hauteurs.

Les aménagements autour du cimetière de Loyasse

Le Parc des Hauteurs a également mis en place un projet de réhabilitation du Fort de Loyasse, créé vers le XIXème siècle, qui prévoit d’en faire un pôle artistique. En aval du Fort, un jardin créé par l’association des jardins ouvriers du Grand Lyon a été aménagé sur une soixantaine de parcelles mesurant en tout près de 4 hectares.

D’un autre côté, les chemins qui desservent le cimetière comme celui de Pauline-Marie Jariot qui permet d’aller au jardin de la Visitation ont été réaménagés à la manière de circuits touristiques. À l’extrémité du parc, les visiteurs peuvent s’asseoir dans une petite prairie qui permet de contempler la partie sud de la presqu’île de Lyon ou dans un bois surplombant l’Odéon antique.

La Passerelle des Quatre Vents et le chemin du Viaduc

La passerelle des Quatre Vents, le chemin du Viaduc ainsi que les infrastructures liées à la ficelle de St Paul, sont confiés aux architectes paysagistes Desvigne et Dalnoky, et font partie des premiers équipements aménagés sur le site du parc des Hauteurs. Ce parcours en belvédère, duquel on peut admirer la Croix Rousse et les Monts d’or, représente la plus courte ligne de chemin de fer de France. Elle a notamment été inaugurée en 1900 avec un viaduc de 80 mètres de hauteur.

Le chemin du Viaduc donne à la fois sur le cimetière de Loyasse et sur le Jardin des Pivoines, un parterre de graminées et de plantes vivaces d’environ 1300m2 situé sur l’esplanade de la Sarra. Le sentier se termine à la place du 158ème régiment d’infanterie en passant par l’escalier de la Sarra, duquel on peut joindre le couvent des Carmes Déchaussées.

Les aménagements de la Passerelle des Quatre Vents et du chemin du Viaduc

La passerelle des Quatre Vents, d’une longueur de 600 mètres, a ensuite été réaménagée par l’architecte Manuelle Gautrand et l’ingénieur Marc Malinowski. La passerelle des Quatre Vents est située à proximité de l’esplanade de Fourvière, sur la montée Nicolas Lange, et permet d’admirer un panorama inédit de Lyon, assis sur des petits bancs blancs à l’ombre d’une pergola.

La station haute du funiculaire est toujours visible sur le site et des sentiers ont été construits pour accéder à la piste de la Sarra. Entre autres, une piste de descente et un parcours en forêt pour Vélos Tout Terrains y a également été aménagé. La piste de VTT de la Sarra commence aussi sur l’esplanade de la Sarra, emprunte le Chemin de Montauban, les circuits du cimetière de Loyasse et les 563 marches de la montée de Lange pour revenir au point de départ.

La Parc religieux de la Visitation

Le parc des Visitations est construit le long des allées qui longent l’ancien cloître des Visitandines, un ordre créé en 1610 par l’évêque de Genève François Sales. Autrement appelé Jardin du Rosaire, le site intègre notamment la basilique et les jardins en contrebas. Le terrain est acquis par les Carmélites en 1850 et l’architecte Pierre Bossan est chargé d’y construire l’église monacale. En 1860, l’endroit est transformé en école nationale d’architecture sous l’impulsion d’André Malraux puis loué par les hospices civils de Lyon.

Les aménagements du Parc de la Visitation

Le parc de la Visitation, le site le plus ancien du Parc des Hauteurs, est réaménagé par Michel Louis et Ingrid Bourne aux environs de 1993. Des domaines privés sont acquis pour construire des allées, des terrasses et des esplanades. Différents jardins à thèmes sont alors construits dont le jardin des roses anciennes, le verger ou encore le jardin des hortensias. Une allée menant à la montée Saint-Barthélemy a également été mise en place et permet de contempler entre autres la maison Bréda et le massif de cèdres.

Les grands axes du Parc des Hauteurs

Le site archéologique du Parc des hauteurs de Lyon offre notamment des vues imprenables sur l’Odéon Antique, le théâtre antique de Fourvière ainsi que le musée gallo-romain. La construction de musées, par les architectes B. Zertfhus et G. Avon, sur le site archéologique du Parc des Hauteurs a permis une meilleure mise en valeur du site. D’autre part, les chemins antiques ont été dégagés, restaurés et intégrés à la végétalisation locale pour faciliter l’accès aux sites historiques, dont une authentique voie romaine.

Du point de vue floristique, une grande variété d’arbres, d’arbustes et de plantes diverses a été implantée dans les différents sites du parc. Des marronniers sont installés aux alentours de l’esplanade de Fourvière ainsi que le long de la montée des Chazaux qui permet d’y accéder.

On en parle ici aussi

Parc à proximité

Notes & avis

93% d'avis positifs récents
0% d'avis négatifs récents

Répartition des avis

5 étoiles 72%
4 étoiles 21%
3 étoiles 6%
2 étoiles 0%
1 étoile 0%
5 / 5
il y a 5 mois Frederic Bachelier

Très agréable

5 / 5
il y a 5 mois Marilou Cochard

Calme et reposant. 1 heure de marche.

5 / 5
1er janvier Sara tts

Très belle balade

3 / 5
1er janvier Antoine CM

Des barrières en plein parcours dont on ne comprend pas trop l’utilité.

5 / 5
1er janvier Patricia Gerard

Magnifique vue sur lyon et belle cathedrale...

Votre
établissement
n'apparaît pas ?

Votre recherche