Auvergne-Rhône-Alpes : remédier au gâchis de l’électricité verte

Notre région est l’une des plus cruciales à l’échelle de la nation pour remporter avec succès nos objectifs en matière de transition énergétique : la stratégie française de réduction des gaz à effet de serre à l’horizon 2050 positionne la région comme la plus grande productrice de France d’énergies 100 % renouvelables. Pourtant, l’Auvergne-Rhône-Alpes fait figure de mauvais élève en matière de production et de consommation d’énergie.

Qu’il s’agisse de réduction des consommations ou du développement de la production d’énergies renouvelables (éolien ou photovoltaïque en tête), nous nous situons à la 10e place sur les 13 régions de l’hexagone : un immense gâchis souligné à maintes reprises dans le récent rapport de Green Peace France sur les régions les plus « vertes ».

En cause, une volonté et action politique défaillante, la région disposant par ailleurs d’importants gisements énergétiques qui lui permettrait de pleinement remplir ses objectifs de sobriété avec notamment une baisse de 20 % de la consommation électrique sur le territoire attendue pour 2050. Là où le bât blesse le plus : avec sa feuille de route énergétique, la région va droit dans le mur avec une production d’électricité verte 40 % inférieure à celle de l’objectif national de 2050.

En tant que particulier, professionnel, simples citoyens, nous disposons face à nos institutions léthargiques d’un important pouvoir collectif pour tirer la transition énergétique vers le haut. Une action aussi simple que de changer de fournisseurs d’énergie peut, collectivement, véritablement changer la donne. En optant pour un fournisseur « vert » et responsable, nous pouvons favoriser la demande locale et ainsi faciliter l’investissement dans de nouvelles centrales de production d’énergie renouvelable (ce que l’État et les institutions locales peinent à faire).

Comparer les fournisseurs d’énergie verte

Avec l’ouverture récente du monopole de l’électricité, de nombreux nouveaux opérateurs ont envahi le marché de la fourniture d’énergie grand public : près de 40 fournisseurs se disputent le marché français dont des acteurs pour le moins improbables, dont Cdiscount ou encore Leclerc, qui à coup d’offres discount et de grands effets de communication complexifient la lecture des offres énergétiques adressées aux Français.

Plus particulièrement lorsqu’il s’agit d’énergie verte, trouver le meilleur fournisseur d’électricité relève du parcours du combattant tant l’offre semble pléthorique. Et pourtant, en y regardant de plus près les fournisseurs d’énergie réellement verte ne sont pas si nombreux, ni très visibles.

Adopter un vrai fournisseur d’énergie verte

« Les fournisseurs d’énergie verte flouent le consommateur qui pense choisir un consommateur vert alors qu’en réalité il met son argent dans le nucléaire, le charbon, le gaz, ou le pétrole », Alix Mazounie, de Greenpeace France sur Europe

À grands coups de greenwashing, les campagnes de communication des grands fournisseurs conventionnels nous donnent l’impression que nous allons consommer une électricité toujours plus verte et toujours moins chère. Dans les faits, seule une poignée de fournisseurs nationaux proposent une vraie électricité verte, à 100 % issue d’énergies renouvelables locales. Ils sont cinq : Enercoop, Ilek, Plüm Energie et les deux lyonnais Planète Oui et Urban Solar.

Pourquoi alors ces promesses d’électricité verte de la part des autres fournisseurs ?

La majorité des fournisseurs qui proposent des offres 100 % vertes ne font qu’acheter des « certificats » sur le marché de l’énergie. Ces certificats ne garantissent en rien que l’énergie que vous consommez ne provienne de sources renouvelables : cela signifie simplement que les consommations énergétiques du fournisseur sont compensées par l’injection d’énergie verte dans le réseau.

Autrement dit, les « faux » fournisseurs d’énergie verte peuvent parfaitement se fournir en énergie issues de sources fossiles (charbon, pétrole…) et les compenser en achetant des « certificats » qui verdissent leur activité.

C’est ce qui distingue aujourd’hui les offres d’électricité verte dite standard de l’électricité verte dite Premium accessibles auprès de fournisseurs qui lient directement des partenariats avec des producteurs d’énergies renouvelables sans passer par les marchés internationaux d’achat-vente, plus ou moins opaques, d’énergie et de certificats.

Les « vrais » fournisseurs d’énergie 100 % verte

À une exception près, le prix de base de l’électricité verte premium représente un faible surcoût vis-à-vis des offres vertes standard des autres fournisseurs. Si le prix du kWh est parfois 15 % plus élevé que le tarif réglementé, certaines énergies comme le biogaz ne sont pas assujetties à diverses taxes frappant les énergies fossiles et amoindrissent ainsi la facture finale de l’usager. Le vrai vert n’est pas moins cher, mais il contribue fortement à l’ambition de transition énergétique française et permet une meilleure rémunération des producteurs locaux.

Le militant Enercoop

Le fournisseur Enercoop jouit d’un statut un peu particulier en étant non pas une société, mais une coopérative gouvernée à la fois par des producteurs et par des consommateurs. La coopérative se fournit auprès de producteurs locaux d’énergie verte et soutient activement le développement des ENR en France en réinvestissant ses bénéfices dans des projets renouvelables.

Cet acteur, clairement engagé, s’adresse à une cible qui place l’écologie militante au centre de ses préoccupations. Sur le plan financier, ce militantisme poussé à un coup : l’électricité engagée d’Enercoop est en moyenne 25 % plus cher que le tarif Bleu d’EDF.

Le fournisseur lyonnais Énergie d’ici

Petit fournisseur local apparu sur le marché de la fourniture d’ENR en 2016, Énergie d’Ici est un acteur de l’énergie verte qui joue à plein la carte de la proximité en permettant une parfaite traçabilité des producteurs d’énergie de son réseau.

En décembre 2018, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) qualifiait l’offre d’Energie d’ici « d’offre premium », avec deux autres fournisseurs d’électricité verte.

Le fournisseur dispose notamment d’accords avec des producteurs indépendants d’énergie en Auvergne-Rhône-Alpes pour ne citer que les centrales de Gerland (Lyon 7), Dracé, Chadernolles ou encore celle de Vertolaye.

« Notre approche du développement des énergies renouvelables est discrète et efficace. En tant que producteurs depuis parfois de longues années – 1894 pour la centrale la plus ancienne – nous assurons le développement de notre activité avec une vision sur du très long terme. Ainsi nous faisons le pari de tisser avec nos producteurs et nos consommateurs une relation durable et saine. » Dossier de presse Énergie d’ici

La start-up lyonnaise Urban Solar

Située à Villeurbanne, et co-fondée par deux entrepreneur lyonnais (Yannick Ducerf et Cyril Morin), Urban Solar œuvre pour le développement du photovoltaïque en milieu urbain. En forte croissance, le fournisseur qui fédère à la fois des producteurs particuliers, institutionnels et professionnels, propose à ses abonnés une énergie 100 % verte, locale et issue du solaire.

La force d’Urban Solar ? Le concept de stockage virtuel de l’énergie : les particuliers ou professionnels qui souscrivent au fournisseur et qui possèdent leurs propres panneaux photovoltaïques peuvent stocker virtuellement le surplus d’énergie qu’ils produisent pour qu’il leur soit restitué durant la nuit ou lorsque leurs panneaux ne produisent plus suffisamment d’énergie pour couvrir leurs besoins.

Les toulousains de Plüm Energie

Entreprise issue de l’économie sociale et solidaire, Plüm prône la sobriété énergétique et fournit à ses abonnés des outils de pilotage leur permettant de diminuer leurs consommations. Avec un système de bonus à la déconsommation, les abonnés les plus sobres sont récompensés avec une diminution du prix du kilowattheures directement sur leur facture.

En bon fournisseur premium d’énergie verte, les partenaires de Plüm Energie sont tous des producteurs français et indépendants à l’instar d’Akuo Energy qui est l’un des producteurs qui développe à ce jour le plus de centrales dans l’hexagone.

Ilek, la sobriété énergétique

Fournisseur d’énergie 100 % verte et locale issue du solaire, du biogaz, ou encore de l’éolien, la jeune pousse toulousaine propose à ses abonnés une électricité décarbonée et des solutions d’accompagnement pour devenir soi-même producteur et consommateur sur le réseau Ilek.

L’entreprise soutient aussi de nombreux projets de production d’énergie renouvelable dont localement :

  • le site de production la Teissonnière en bord de Rhône qui est un parc éolien situé à proximité de Montélimar alimentant 2600 foyers en électricité,
  • la centrale hydroélectrique sur le Rhône de Bollène située au centre du Vaucluse et qui alimente en électricité verte près de 40.000 foyers,
  • la centrale de Biogaz d’Apprieu dans l’Isère, non loin de Grenoble, produisant à partir de déchets organiques de l’électricité pour plus de 1200 foyers.

Devenir producteur de sa propre électricité

C’est le parti pris des nouveaux fournisseurs d’énergie verte : développer un réseau de producteurs indépendants en fédérant les consommateurs particuliers pour qu’ils s’équipent en panneaux photovoltaïques et deviennent à leur tour producteurs d’énergie renouvelable.

Pour la seule ville de Lyon, Urban Solar recense 6.5 millions de m² de toiture exploitable pour le photovoltaïque. Ce qui pourrait représenter une couverte des besoins énergétiques pour plus de 500.000 foyers. À Lyon, le dernier recensement de 2017 dénombrait 260.000 ménages : le photovoltaïque à grande échelle dispose à lui seul du potentiel pour couvrir 100 % de besoins énergétiques d’une agglomération aussi tentaculaire que celle de la ville lumière.

Après avoir copieusement critiqué nos institutions, nous nous devons aussi de mettre en avant certaines actions positives : propulsée par la métropole de Lyon, Ecolyo est une application permettant de centraliser le suivi de ses consommations (électricité, eau & gaz) depuis une interface unique et sécurisée. Tout comme la domotique et les systèmes intelligents de stockage et restitution des surplus énergétiques produits, l’innovation dans la gestion de la consommation et de la production d’électricité sera elle aussi indispensable pour espérer remplir nos objectifs régionaux de transition énergétique dans les 30 années à venir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.