Zoom sur la rénovation des monuments lyonnais

La ville de Lyon a connu un véritable âge d’or depuis l’antiquité jusqu’à la renaissance. Les monuments historiques font d’ailleurs le succès de cette ville. En effet, durant l’antiquité, cette ville a été marquée par l’occupation romaine symbolisée par la présence d’un amphithéâtre et d’un odéon sur la colline de Fourvière. Durant le moyen âge, la ville est guidée par la religion catholique, la cathédrale Saint-Jean, la basilique d’Ainay et l’église Saint Nizier témoignent notamment de cette époque.

Enfin, durant la renaissance, des familles italiennes installées à Lyon ont apporté une petite touche colorée aux ruelles. Or, tous ces monuments qui ont traversé les époques ont parfois besoin d’un petit coup de neuf, c’est pourquoi aujourd’hui, certains de ces monuments historiques lyonnais sont en cours de rénovation.

renovation batiment lyonnais

Les monuments en rénovation à Lyon

La ville de Lyon a entrepris de nombreux travaux de rénovation de ses monuments historiques.

La cathédrale Saint-Jean

La rénovation de la cathédrale Saint-Jean s’inscrit dans la rénovation des monuments historiques de la ville de Lyon. Un chantier important a débuté sous la tutelle de l’État qui en est le propriétaire depuis le début du 20e siècle. Les travaux ont été réalisés sous la maîtrise d’œuvre successive des architectes en chef : Didier Repellin et François Botton. La restauration des façades a été la première phase des travaux qui a été achevée en 2011. Pour l’intérieur, les travaux ont débuté, quant à eux, en 2012, tandis que la restauration de la Nef a commencé deux ans plus tard. En 2017, la première travée fut achevée, il en reste encore trois à rénover actuellement.

Or, il y a un an, la restauration de l’intérieur s’est arrêtée. En effet, la crise sanitaire due au coronavirus a bouleversé le programme de rénovation de la cathédrale Saint-Jean. Ainsi, les chantiers restants concernent les chapelles latérales, dont celle des Bourbons.

Notre Dame de Fourvière

De son côté, Notre Dame de Fourvière fait également l’objet de grands travaux de réhabilitation, grâce à l’aide financière apportée par les Lyonnais. Les travaux ont commencé en 2016 et se concentrent sur la rénovation de la basilique ainsi que son entretien. La réhabilitation des bâtiments qui entourent la cathédrale permet de transformer totalement le site, ce projet vise ainsi à offrir une expérience unique aux visiteurs.

L’Hôtel Dieu

Le grand Hôtel Dieu est lui aussi concerné par ces rénovations, il a d’ailleurs représenté l’un des plus importants chantiers de la ville de Lyon. Après plus de huit siècles d’histoire, les travaux de rénovation le concernant ont ainsi pu débuter. En effet ce lieu était à l’origine un ancien hôpital lyonnais, il a été rénové en un site proposant des boutiques, des restaurants et un hôtel de luxe aux Lyonnais et aux visiteurs de la ville de Lyon. Le projet de rénovation a duré quatre ans, de 2015 à 2019, il a été piloté par une cinquantaine de cadres. Dans l’ensemble, le chantier a employé environ 1200 personnes.

Malgré le nombre d’individus impliqués, la réalisation de ces travaux s’est effectuée dans le respect des conditions de sécurité. En effet, les personnes qui ont travaillé sur le chantier portaient des équipements de protection adaptés, à savoir des vêtements de travail, des casques ainsi que des chaussures de sécurité. En effet, quel que soit le monument qui fait l’objet de travaux, chaque individu doit penser à se protéger avant de commencer son travail, car sa sécurité est une priorité.

Les chaussures de sécurité et les vêtements professionnels sur les chantiers lyonnais

Pour travailler sur des chantiers d’envergure comme il en a été question avec la rénovation de monuments à Lyon, les chaussures de sécurité sont indispensables. Ces EPI permettent de diminuer grandement les risques de blessures pendant la réalisation des travaux. Les accidents aux pieds étant fréquents dans les métiers du bâtiment, pour les concevoir, les fabricants de chaussures de sécurité tiennent compte des contraintes et des conditions auxquelles leurs utilisateurs sont soumis.

Les chaussures de sécurité sont destinées à un usage professionnel, et donc parfaitement adaptées pour mener à bien des travaux sur les monuments de Lyon. Elles sont fabriquées avec un embout pouvant supporter un choc de 200 joules (charge de 20 kg tombant d’un mètre). Concernant les semelles, une bonne chaussure de sécurité doit être équipée d’une semelle qui résiste aux chocs et à l’usure. Elle doit également être antidérapante.

De la même façon, les vêtements de travail sur les chantiers sont eux aussi importants. En France, les secteurs d’activité comme la restauration, le BTP ou la santé sont d’ailleurs dans l’obligation d’utiliser des vêtements de travail. Il est à noter que des normes européennes ont d’ailleurs été créées pour encadrer la confection de ce type de vêtement.

Sur ces chantiers, certains métiers sont identifiés à risque à cause de la présence de machines, de l’électricité, des produits chimiques, etc. Ainsi, le port d’équipement de protection individuelle ou EPI y est imposé par la loi européenne. Les EPI ont fait l’objet de nombreuses recherches en vue d’améliorer la sécurité et le confort des usagers. Certains d’entre eux résistent à la pluie, au froid ou au vent. L’EPI ne concerne pas seulement les vêtements résistants, il s’agit d’une protection globale du corps. À cet effet, il existe d’autres équipements indispensables pour la réalisation des travaux :

  • un casque antibruit,
  • des gants,
  • des lunettes de protection,
  • des chaussures de sécurité,
  • un masque pour protéger les voies respiratoires.

Concernant le travail en hauteur qui peut être effectué sur les chantiers lyonnais, selon l’article L. 4121-1 du Code du travail, il revient à l’employeur d’évaluer les risques présents sur le chantier afin d’appliquer des mesures de prévention nécessaires à la sécurité des employés, et donc au bon déroulement des travaux.

Qu’en est-il de la sécurité des visiteurs lorsque les monuments de Lyon sont ouverts au public ?

Si les employés des chantiers sont en permanence exposés aux dangers liés aux travaux de rénovation, les visiteurs y sont eux aussi confrontés lors des visites. Les monuments historiques d’une ville, comme il a d’ailleurs été question à Lyon, font parfois l’objet de rénovations. Pour que les visites d’un monument historique en travaux puissent avoir lieu, l’ouverture au public doit répondre aux conditions réglementaires applicables à tous les lieux recevant du public. Ainsi pour assurer la sécurité des visiteurs, une visite est établie au préalable par la commission de sécurité. Une fois cette visite achevée, pour pouvoir ouvrir le monument au public, une autorisation doit être demandée au maire de la ville. Pour ce faire, plusieurs documents doivent être délivrés :

  • un document du maître d’ouvrage qui atteste et certifie la réalisation du contrôle et des vérifications techniques de la solidité de la structure,
  • une attestation de la commission de sécurité témoignant que la visite de contrôle a bien eu lieu,
  • le RVRAT, ou le rapport de vérification réglementaire après les travaux,
  • l’attestation d’accessibilité.

Ainsi, pour assurer la sécurité de tous, les travaux de rénovation de monuments historiques doivent répondre à un certain nombre de réglementations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.