Rencontre avec un Espoir du XV de France, 100% Lyonnais !

Considéré comme l’un des sports les plus importants en France derrière le football, le rugby a pris une part importante dans le paysage lyonnais depuis quelques temps. Outre l’Olympique Lyonnais, c’est désormais le LOU qui est entré dans le cœur des Lyonnais. Un club qui se porte bien au sommet du rugby national grâce notamment […]

Considéré comme l’un des sports les plus importants en France derrière le football, le rugby a pris une part importante dans le paysage lyonnais depuis quelques temps. Outre l’Olympique Lyonnais, c’est désormais le LOU qui est entré dans le cœur des Lyonnais. Un club qui se porte bien au sommet du rugby national grâce notamment à sa formation. TooLyon a rencontré l’une des pépites du centre de formation du LOU à savoir Baptiste Couilloud, 3 sélections avec le XV de France.

Bonjour Baptiste, parle-nous un peu de toi et ton parcours ?

« Oui, effectivement je suis 100% lyonnais et j’aime cette ville. J’ai commencé le rugby très jeune à l’âge de 6 ans grâce à une initiative de mon père. Il était footballeur et a même joué à un bon niveau, mais a préféré me faire découvrir le rugby. Ensuite, j’ai tout de suite pris du plaisir à jouer et m’amuser avec mes amis et partenaires. J’ai toujours vu le rugby comme un jeu et mon but est de prendre du plaisir, ce qui me permet d’évacuer toute forme de pression. Concernant mon parcours, j’ai toujours été au LOU depuis les catégories jeunes et j’ai gravi les échelons comme ça. »

« J’ai eu un début de carrière assez compliqué car même si je rêve un jour de devenir pro avec mon club, j’ai essuyé un refus au pôle espoir, il y a quelques années. Ce jour-là, je n’ai pas réussi à être sélectionné au poste de demi d’ouverture. Après cela, mon entraîneur de l’époque m’a finalement replacé en demi de mêlée. J’ai énormément travaillé afin d’avoir une nouvelle chance et j’ai fini par la saisir lors d’un recrutement avec le pôle France. Une carrière de sportif ne se joue pas à grand chose. Ensuite, j’ai poursuivi ma progression avec mon club formateur.

Quelle est ta situation actuelle avec le LOU ?

« Pour le moment, je suis en phase de reprise et de rééducation après une blessure, mais sinon j’ai une vie bien remplie et je suis en université pour préparer mon DUT en Génie civil. L’école, c’est aussi très important car c’est une porte de sortie pour l’après carrière et aujourd’hui, c’est capital d’avoir un diplôme en tant que sportif de haut niveau. Concernant le LOU, je ne suis pour le moment pas, sous contrat avec le club, car en rugby, il est interdit de faire signer un contrat pro avant l’âge de 22 ans. Pour les joueurs de 18 à 22 ans, c’est mon cas, nous avons un contrat espoir, pas encore considéré comme professionnel. »

 

A seulement 20 ans, tu as été nominé parmi les 11 personnalités sportives les plus influentes de la ville, au cours de la dernière cérémonie des Lions du sport, quelle est ta réaction ? Penses-tu un jour gagner le Lion d’Or ?

« Je suis pur Lyonnais et j’ai donc un très fort sentiment d’appartenance à cette ville. Être comparé à des sportifs de grande qualité comme Nabil Fekir, Amel Majri, Hugo Boucheron ou Amine Noua, c’est très flatteur et c’est important pour moi. Cette année, j’étais en quelque sorte le petit poucet de la cérémonie et c’est une belle récompense d’être reconnu par sa ville. Ça donne des envies pour un jour être au sommet et pour cela je dois être performant ainsi que poursuivre mon travail avec le LOU.

Pour moi, c’est important et être dans les 11 aussi vite, ça représente beaucoup, surtout qu’à Lyon, c’est le football qui prime depuis de nombreuses années. »

« Gerland, c’est magique !! »

Tu as eu la chance de découvrir le Stade de Gerland (Matmut Stadium) avec le LOU, que représente ce changement pour un vrai lyonnais comme toi ?

« Le Stade de Gerland, c’est l’image et le symbole de toute une ville. C’est juste magique de fouler la pelouse de ce monument sportif. C’est simple, à chaque fois que je pose le pied sur ce gazon pour jouer un match, j’ai des frissons et c’est quelque chose de très particulier. Grâce à Gerland, le club a pris une toute autre dimension et l’on progresse encore plus rapidement. On sent que ce stade a vécu des moments historiques et on est porté par ce passé. Les infrastructures sont bien supérieures et modernes comparées à l’ancien stade et voir jouer le LOU à Gerland avec plus de 20 000 personnes, c’est un avantage majeur pour l’équipe et le staff.

En plus de cela, les Lyonnais viennent aussi pour Gerland, ils aiment cet endroit et sont très heureux que cette enceinte mythique vive de nouveau de beaux moments. Gerland, c’est magique !! »

D’un point de vue personnel, tu fais beaucoup de rencontre avec les jeunes ou les fans, tu es proche de ton public, quel degré d’importance cela à pour toi ?

« Je trouve que c’est très important de rester simple, surtout quand on est amené à être connu. Quand j’étais jeune, nous n’avions pas ça avec les pros, ils étaient assez inaccessibles mais les codes ont changé et maintenant on se doit d’être proche de notre public, car ce sont eux qui nous encouragent et c’est aussi eux qui prendront le relais. J’estime qu’il faut leur montrer une certaine importance et en plus de cela, le club en a besoin. C’est important d’avoir un tel engouement pour le rugby dans une ville comme Lyon. »

Remerciements à Baptiste Couilloud

Interview exclusive réalisée par Greg Zerbone

Source image Une : lourugby.fr

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.