Livraisons, taxis, téléphérique : les innovations lyonnaises du transport

Après l’instauration de la Zone à Faible Émission, les autorités de la ville de Lyon ont réédité l’initiative “la voie est libre” visant à restreindre la circulation automobile dans les zones du centre-ville durant un weekend, dont plus particulièrement au niveau de la presqu’île, du 4ème et du 7ème arrondissement. Cette action, destinée à piétonniser certains périmètres et à rendre le centre urbain plus paisible, contribue à la fois à favoriser l’utilisation des véhicules cyclables et des moyens de mobilité plus doux.

En effet, avec l’arrivée d’Uber en 2014, les plateformes de VTC se sont multipliées à vitesse grand V dans la ville des lumières, opposant une forte concurrence aux taxis. Le développement de nouveaux modes de transport plus responsables et neutres en carbone s’est aussi accru durant la crise sanitaire avec l’apparition de plusieurs plateformes de livraisons éco-responsables

Dans cette même optique, le Syndicat Mixte des Transports pour le Rhône et l’Agglomération Lyonnaise (SYTRAL) annonce plusieurs innovations dans son plan “Destination 2026”, dont notamment la mise en place d’une nouvelle ligne de transport par câbles reliant Francheville, Sainte-Foy-Lès-Lyon et Lyon, en passant entre autres par Villeurbanne, Bron, Chassieu et Vaulx en Velin. Tandis que les différentes compagnies aériennes de la ville développent en parallèle des offres de navettes de transport en commun.

Face à cet accroissement exponentiel des moyens de mobilité multimodale, il faut s’interroger sur l’avenir de la voiture et plus particulièrement sur les alternatives qui s’adaptent le plus à la condition hyper-urbaine des lyonnais. 

De la neutralité carbone pour les VTC lyonnais

La rude concurrence entre les différentes plateformes de VTC officiant au niveau de l’agglomération lyonnaise entraîne effectivement les acteurs à diversifier leur offre. La nouvelle marque française de VTC Marcel, créée en Ile-de-France en 2014, veut s’illustrer des autres plateformes en s’impliquant dans les émissions de carbone et dans la juste rémunération de ses prestataires. De ce fait, les chauffeurs de la marque sont sélectionnés et bénéficient d’un suivi personnalisé.  

La directrice générale de la marque affirme en effet que 100% des émissions de carbone liées aux trajets Marcel sont compensées grâce à des partenariats avec des associations impliquées dans la protection de l’environnement comme Goodplanet de Yann Arthus Bertrand. Par ailleurs, elle souligne également qu’un tiers des chauffeurs de la marque roulent dans un véhicule propre tandis que la majorité des effectifs sont encouragés à la transition écologique.    

Les prix effectifs des plateformes de VTC

Alors que de nombreux consommateurs estiment que la différence entre les tarifs d’un VTC et d’un taxi est minime, une étude menée par le Huffington post a révélé que cette différence pouvait monter jusqu’à 172%. Cette étude, basée sur différentes applications comparatives, énonce que le prix moyen d’une course en semaine et sur la même distance est de 35€ 80 pour Uber, de 34€ 70 pour une plateforme traditionnelle comme  AGL TAXI. Cette hausse du tarif des VTC serait principalement due à l’entrée en vigueur, en début de l’année 2018, de la loi Grandguillaume. Les constats ont ainsi révélé que les algorithmes des plateformes VTC augmentent automatiquement les tarifs durant les périodes de forte affluence tandis que les tarifs de taxis restent plus ou moins stables, du fait qu’ils sont encadrés par arrêté.

L’alternative de la livraison

Suite aux restrictions liées à la crise sanitaire, la livraison à domicile a connu une forte expansion à Lyon, dont particulièrement dans le secteur de la restauration avec des plateformes comme Ubereats et Deliveroo. 

Getir, une plateforme de livraison turque déjà présente sur Paris, Lille ou encore Marseille, veut révolutionner le secteur de la livraison de produits d’épicerie sur Lyon en instaurant un système de livraison ultra rapide en 10 minutes.

Basée à Istanbul, l’entreprise se positionne comme le leader français et européen de la livraison ultra rapide en proposant plus de 2000 articles via sa plateforme en ligne. Les usagers de Vénissieux, de la Guillotière et de Villeurbanne pourront ainsi bénéficier de livraisons entièrement écologiques via des vélos et des scooters électriques.    

Présente dans plus de 80 villes dont en Turquie, au Royaume-Uni, en Allemagne, en Italie, au Portugal ou encore aux Etats-Unis, Getir propose une large gamme de produits dont entre autres des snacks sucrés ou salés, des fruits et légumes, des boissons, de la viande, des produits de boucherie ou encore des articles pour bébés… L’entreprise valorise également ses salariés en proposant des Contrats à Durée Indéterminée et en prodiguant les équipements de soins et de sécurité nécessaires à un service de qualité.

Le service de taxi-bateau : une alternative prometteuse

Jeff Fèvre, un entrepreneur lyonnais, propose depuis 2017 des excursions privatives sur la Saône et le Rhône et souhaite proposer un nouveau service de courses simples, à la manière d’un taxi. En développement avec la Métropole de Lyon, son projet innovant de service de taxi-bateau s’accorde avec plusieurs points de la politique publique dont entre autres la réduction des embouteillages et la faible émission de substances nocives pour l’environnement. 

Pour lui accorder les autorisations d’accoster sur différents points stratégiques de la ville, les autorités de la métropole posent comme principales conditions de régulariser les points d’embarquement et de débarquement et d’étudier des tarifs qui peuvent s’adapter aux besoins effectifs des usagers.

Développement du transport aérien par câble

Le projet de mettre en place un transport par câble aérien ou téléphérique, permettant 59.000 déplacements quotidiens entre Francheville, la Mulatière, Sainte-Foy-Lès-Lyon et le centre-ville de Lyon, est en pleine concertation au niveau des autorités de la ville des lumières. Cette initiative devrait en effet permettre de transporter jusqu’à 20.000 passagers par jour sur un trajet de 25 à 30 minutes, pour le circuit Francheville-Lyon, contre un trajet de 50 minutes en voiture durant les heures de pointe. Pour défendre le projet, les représentants du SYTRAL avancent que ce dernier possède l’avantage d’établir une liaison plus rapide, d’éviter les embouteillages et surtout d’avoir une moindre incidence sur la qualité de l’air.

Le trajet multimodal : un large choix qui crée des besoins de planification

 

Le nouvel enjeu de la mobilité multimodale est d’aider les usagers à choisir entre les différents modes de transport disponibles selon leurs horaires, leurs moyens et leurs trajets. Pour ce faire, la plateforme Freenow qui opère dorénavant à Lyon se fixe comme objectif de proposer de nouveaux services plus adaptés aux nouveaux modes de déplacement et de mettre en valeur des moyens de mobilité plus respectueux de l’environnement.  

Pour la plateforme, 70% des français aspirent à des moyens de mobilité plus durables, dont un tiers sont prêts à dépenser plus pour accéder à une voiture électrique via une application de mobilité. L’application Freenow offre un large choix de paramètres de mobilité ainsi que différents moyens de déplacements dont des trottinettes, des voiture en autopartage ou encore des vélos électriques accessibles à tous moments de la journée. L’objectif étant toujours de mieux guider les usagers en fonction de leurs besoins immédiats.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.