La gare des Brotteaux, le monument historique du 6éme arrondissement de Lyon

Replongeons-nous un peu dans l’histoire lyonnaise pour vous présenter la gare des Brotteaux. C’est entre 1905 et 1908 que la gare des Brotteaux voit le jour et représente la 1ère gare de Lyon. Par rapport à la presqu’île construite entre le Rhône et la Saône, ce bourg offrait de vastes terrains qui permettaient d’installer et […]

Replongeons-nous un peu dans l’histoire lyonnaise pour vous présenter la gare des Brotteaux. C’est entre 1905 et 1908 que la gare des Brotteaux voit le jour et représente la 1ère gare de Lyon.

Par rapport à la presqu’île construite entre le Rhône et la Saône, ce bourg offrait de vastes terrains qui permettaient d’installer et d’élargir le complexe ferroviaire.

Fort d’un historique riche et marquant pour la ville, l’ancienne gare des Brotteaux (www.gare-des-brotteaux.fr), classée au titre des monuments historiques, 1ère gare de Lyon, se définit par son prestige avec sa façade sculptée et imposante, sa toiture ou encore le somptueux décor de « la salle des pas perdus ».

Peu connue de Lyon comme monument historique, cette gare implantée dans un quartier du 6ème  arrondissement de Lyon, subit des transformations lors de l’arrivée du TGV en 1983.

Paris-Lyon-Méditerranée

En effet, suite à l’arrivée des trains à grande vitesse, la gare des Brotteaux était amenée à disparaitre.

Fermée en 1983 par la SNCF, la gare des Brotteaux laisse place à la nouvelle gare de la Part Dieu.

La gare des Brotteaux ne pouvant pas être laissée à l’abandon, c’est M. Jean Claude ANAF (www.anaf-archives.fr), commissaire-priseur ambitieux qui redonne une nouvelle vie à ce lieu en le transformant en hôtel des ventes.

C’est après des débuts difficiles dans les années 80 et au bord de la faillite en 1981, qu’il rencontre Jean Martinon qui deviendra son associé et son compagnon.

Fort de ces coups durs ou il a dû ramer 3 fois plus que les autres, M.ANAF a su rebondir et se faire une place aux côtés de Jean Michel Aulas, Guy Dannet, et Bruno Bonnel, jeunes loups qui vont secouer Lyon.

jean-claude-anaf-chevalier-de-la-legion-d-honneur-01

C’est en 1989 qu’il rachète la gare des Brotteaux et la rénove pour en faire un hôtel des ventes.

Il réalise des ventes d’exception comme “L’homme de la liberté” de César ou le “Clown” de Bernard Buffet.

Les ventes judiciaires et les enchères de voitures sont des activités qui lui permettent de se diversifier et de réaliser l’essentiel de son chiffre d’affaires.

Ce somptueux hôtel des ventes donne une place de renom à la ville de Lyon à l’international dans la vente d’objets d’arts.

M.ANAF, de par son ambition, sa détermination et son audace, a su saisir les opportunités en rachetant les parties les plus nobles de la gare désaffectée pour créer un superbe et fonctionnel hôtel des ventes d’envergure international.

Construit dès le XIXème siècle autour de l’ancienne gare, ce quartier des Brotteaux est devenu résidentiel et commerçant.

Fini le temps ou les Brotteaux étaient des plaines marécageuses, aujourd’hui le secteur des Brotteaux est devenu un lieu de modernité possédant une âme riche avec ses lieux culturels, son architecture, ses habitants, ses commerces locaux, ou ses restaurants traditionnels ou atypiques ; un véritable point de chute pour les lyonnais, les gastronomes, les clubbeurs ou les touristes, les diverses entreprises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.