Confluence va se transformer en monde forestier

Classé parmi les principaux lieux et endroits touristiques de Lyon, le quartier de Confluence a permis au 2e arrondissement de se moderniser et devenir un vrai pole attractif. Outre la gare Perrache et le centre commercial, une forêt pourrait arriver très bientôt dans le paysage.  C’est un projet un peu fou mais plus qu’intéressant qui […]

Classé parmi les principaux lieux et endroits touristiques de Lyon, le quartier de Confluence a permis au 2e arrondissement de se moderniser et devenir un vrai pole attractif. Outre la gare Perrache et le centre commercial, une forêt pourrait arriver très bientôt dans le paysage.lyon - confluence - forêt

 C’est un projet un peu fou mais plus qu’intéressant qui devrait voir le jour. En effet, l’équipe de la SPL de Lyon-Confluence a expliqué qu’elle allait créer de toutes parts, une immense forêt au sud de la Presqu-île du nom de « Le Champ ». Cette dernière devrait faire près 5,5 hectares, soit l’équivalent de huit stades de football et sera installé au niveau de l’ancien Marché Gare. Le but est de permettre aux lyonnais de pouvoir profiter d’un endroit idyllique avec de la verdure dans un quartier en plein renouveau.

 Les protagonistes de ce beau projet comptent prendre leur temps et créer une véritable biodiversité : « il ne faut sans doute pas s’attendre dans l’immédiat, à une forêt épaisse. Nous allons planter des arbres assez jeunes, afin qu’ils puissent s’adapter au lieu où ils seront plantés. Cette terre ne restera pas totalement vierge, puisque l’on va construire aussi des petits bâtiments abritant des industries créatives et des activités tournées vers l’innovation. Après, nous souhaitons quand même transformer le lieu de manière radicale et de lui donner des airs de refuge, d’espace public reposant, mais aussi attractif. Ce site aride, sur lequel on veut introduire de la biodiversité et installer un Entomoparc (endroit pour étudier les sciences biologiques) via l’arrivée des insectes, pionniers de ce nouveau territoire abritera des espaces publics et privés ». A énoncé le chef du projet.

 Fabriquer sa propre terre

 

Le lieu devrait donc être un vrai paradis en terme de biodiversité, mais également de qualité de la terre. Comme Marie-Paule Coassy, chef de projet SPL l’a expliqué, il faudra fabriquer la terre végétale apte à accueillir les futurs arbres et donc se servir des déchets de terrassements pour permettre ainsi de créer cette dernière. Ce projet de grande envergure devrait voir le jour, début 2020. Lien pour la suite avec la station « Mue ».plan - forêt - confluence

G. Zerbone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.