Basket : LDLC ASVEL retrouve la plus prestigieuse des compétitions européennes

C’est une très bonne nouvelle pour l’ensemble du basket français et son développement dans sa quête de retour au plus haut niveau. Après de nombreuses années loin de l’EuroLeague (équivalent de la Ligue des Champions en football), un club français et pas n’importe lequel, va faire son retour dans la plus prestigieuse des compétitions européennes. […]

C’est une très bonne nouvelle pour l’ensemble du basket français et son développement dans sa quête de retour au plus haut niveau. Après de nombreuses années loin de l’EuroLeague (équivalent de la Ligue des Champions en football), un club français et pas n’importe lequel, va faire son retour dans la plus prestigieuse des compétitions européennes.

La salle de l’Astroballe

Actuel leader de la Jeep Elite (championnat de France de basket), qualifié pour le Top 16 de l’EuroCup et désormais propriété du Tony Parker – Nicolas Batum, LDLC ASVEL va donc avoir le privilège de regoûter aux grandes soirées européennes. Il y a quelques jours, le Comité directeur de l’EuroLeague a officiellement validé la participation de l’équipe de Jeep Elite à ses campagnes 2019/2020 et 2020/2021, grâce au passage de la prestigieuse compétition de 16 à 18 clubs la saison prochaine. Ce dernier a donc accepté la requête de Villeurbanne lors d’une réunion à Tel Aviv en Israël. Le club est performant et remplit l’intégralité des conditions demandées sur le plan économique.

Un très beau cadeau pour le 70e anniversaire de l’équipe qui aura lieu au cours de cette année 2019. Les Villeurbannais auront donc la possibilité de se mesurer aux ogres et à la crème du basket européen. Le FC Barcelone, le Real Madrid ou encore l’Olympiakos pourraient donc faire un petit tour dans la capitale des Gaules dans quelques mois.

Parker veut pérenniser le club en EuroLeague

 

Joueur des Hornets de Charlotte cette saison en NBA au même titre que Nicolas Batum et actionnaire majoritaire de l’ASVEL, Tony Parker a expliqué par visio-conférence ses attentes et son objectif de jouer régulièrement en EuroLeague. « On a cette wild-card pendant deux ans. On a donc deux ans pour continuer à remplir les objectifs et le cahier des charges de l’Euroligue, dont le gros sujet est la grande salle, pour devenir une franchise à plein temps, comme les gros clubs. Mon rêve absolu, ce serait d’être à 15 millions. Là, si tu arrives à faire cela, tu peux vraiment rivaliser et essayer d’atteindre le Final Four un jour, comme Kaunas l’a fait l’année dernière ». Explique TP auprès de l’Equipe. Rappelons que le club a également un projet de construire une toute nouvelle salle, afin de passer un nouveau cap dans sa quête du renouveau.

G. Zerbone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.