17 ème édition du Festival cinémas du Sud

La 17 ème édition du Festival Cinémas du Sud se déroulera du 12 au 15 avril prochains à l’institut Lumière.

Pour cette 17 ème édition, l’invitée d’honneur est Hiam Abass, talentueuse actrice et réalisatrice primée notamment pour Héritage ou Mostra de Venise.

Ce festival fait un tour d’horizon de la production récente du monde arabe en films et documentaires.

17ème édition du Festival cinémas du Sud

Plus d’infos : Événement Facebook

A travers les 9 films projetés, cette édition vous garantit émotions et nouvelles occasions d’échanger avec les invités qui font l’honneur d’être présents.

Coup de projecteur sur les 9 films :
2 films sont réalisés par des auteurs algériens :
– A mon âge je me cache encore pour fumer de Rayhana. Ce film raconte le quotidien  de 8 femmes à Alger dans un hammam et leurs relations avec les hommes.
– Samir dans la poussière, documentaire du réalisateur Mohamed Ouzine questionnant ses propres origines.
-Vous retrouverez « Amour, larcins et autres complications » du réalisateur palestinien Muayad Alayan racontant les tribulations burlesques d’un petit malfrat palestinien par le biais de la comédie.

– Couronné du prix du meilleur documentaire de Dubai en 2016, à travers le documentaire « Chacun sa bonne » le réalisateur Maher Abi Samare jette une lumière sur l’exploitation des bonnes au Liban, africaines et asiatiques dedans des foyers de classes moyennes et bourgeoises.

-« L’insomnie » réalisé par le marocain (Rhalib) ayant décroché le prix du jury au festival international du film de Marrakech en 2015 décrit les conditions de travailleurs saisonniers en Belgique.

– Film tunisien, The Last of us du jeune Ala Eddine Slim, suit la traversée du désert d’un migrant susbsaharien, soudainement dévié de sa route.

In the Last Days of the City (multi-primé), l’Égyptien Tamer El Saïd s’attache à suivre l’errance de Khalid, un réalisateur perdu entre le montage de son film et sa propre vie dans la capitale égyptienne. Très moderne dans sa forme, le film est un habile portrait du monde arabe.

– Dans House Without Roof, en avant première en France,  la réalisatrice d’origine irakienne Soleen Yucef aborde l’actuelle et intense question des réfugiés. Le film raconte l’émigration dense et émotionnelle d’une famille Kurde d’Irak en Allemagne après avoir échappé à la guerre et prise désormais entre deux mondes.

– Le film Barakah meets Barakah du jeune saoudien, Mahmoud Sabbagh, dresse le portrait acerbe d’un
pays ne laissant littéralement aucun espace pour qu’hommes et femmes puissent se découvrir librement.

Vous retrouvez ces 9 films projetés à l’institut Lumière du 12 au 15 avril en présence de nombreux invités.

Plus d’informations sur la page Facebook : Festival Cinémas du Sud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.